11 juin 2010

La Horde de Yannick Dahan et Benjamin Rocher

La_Horde_Affiche_FranceLa Horde 

de 

Yannick Dahan et Benjamin Rocher 

avec Claude Perron, Jean-Pierre Martins, Eriq Ebouaney, Doudou Masta...

   Un groupe de flics partis en banlieue pour se livrer à une expédition punitive, se retrouve obligé de frayer avec les gangsters qu'ils sont venus abattre, lorsqu'ils découvrent qu'une horde de zombies déferlent sur Paris. 

  Disons-le directement, de tous les films de genre produits ces cinq dernières années en France, La Horde est le plus généreux. Délaissant le gore outrancier des oeuvres horrifiques made in France au profit d'une approche davantage orientée action/horreur, le premier long métrage de Yannick Dahan se permet même des détours humoristiques jusqu'alors rare dans le territoire fantastique hexagonal. Caricatural à souhait le personnage du vétéran de la guerre d'Indochine, apporte une part de bouffonnerie franchouillarde jouissive. Du moins jusqu'à ce que ce second couteau n'épuise toutes ses possibilités et devienne lassant, un peu à l'image d'un film qui commence fort, nous plonge directement dans l'action et qui ensuite peine à se renouveler. Passée une intro prometteuse, en dépit de dialogues franchement mauvais, La Horde  déroule son programme de mise à mort de protagonistes stéréotypés, sans surprise, et sans génie. La mise en scène souvent plate (voir ce plan large très Fort Boyard, du groupe de rescapés traversant un couloir en courant), peine à transformer cette fuite en récit excitant. Les rapports de force entre les héros sont prévisibles, et les zombies vite jetés en pâture dans l'image ne sont que rarement une menace impressionnante. On relèvera simplement une scène de combat dans une cuisine hilarante, amené par un cut digne d'une comédie. A propos de la fliquette qui se tape avec la mort-vivante un des personnages dit "j'espère qu'elle a des couilles", le plan suivant qui la montre en action fait office de démonstration. Si il se déleste de la prétention et/ou du jusqu'au boutisme vain qui caractérisaient Martyrs et A l'Intérieur, La Horde ne parvient jamais à faire fructifier son capital fun, en proposant autre chose qu'une enfilade de séquences d'actions, voulues comme un cadeau aux spectateurs, mais qui par leur manque de puissance suscitent vite l'ennui, et des dialogues qui en se voulant "badass", sombrent vite dans le ridicule. Mais on sent pour une fois, et il convient d'insister sur ce point, un film de genre made in France qui va enfin vers le public, et qui tente d'offrir un spectacle décomplexé. Espérons simplement que les prochaines tentatives francophones (on attend La Meute et Captifs notamment) osent emprunter cette voie car à défaut d'être une réussite, le film de Yannick Dahan et Benjamin Rocher est une promesse. 

Posté par Yann D à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur La Horde de Yannick Dahan et Benjamin Rocher

Poster un commentaire